Prière-travail-accueil


La vie à l’ermitage repose sur les trois piliers traditionnels de la vie monastique : la prière, le travail et l’accueil.

priere

Prière

« Tu m’as séduit, Seigneur, et je me suis laissé séduire » (Jr 20,7)

Depuis le fond des temps, Dieu nous a voulu pour fils ou fille dans son Fils unique, par la puissance de l’Esprit.

Dans la prière Dieu nous accueille et nous l’accueillons à notre tour, apportant avec nous le souci de nos frères et sœurs.

Dans la prière Dieu nous travaille et nous transforme, et nous entrons dans son œuvre de justice et de paix.

jeremie-et-max-2004

Travail

Par son travail l’être humain entre dans l’œuvre de Dieu.

Il participe ainsi à la création et à la rédemption du monde. C’est en faisant que l’homme se fait. Le travail prolonge la prière et lui donne corps. Il est service et accueil d’autrui.

 

Accueil

 

accordeonDans un monde marqué par de profonds changements sociaux – exode rural, urbanisation, globalisation – et blessé par l’injustice et la violence, il est important de cultiver, avec discernement, les racines spirituelles du peuple au milieu duquel on est appelé à vivre.

Il faut aimer ce peuple, l’écouter pour pouvoir lui restituer, comme en un miroir, sa beauté profonde et lui annoncer la miséricorde de Dieu.

Accueillir est toujours accueillir l’autre dans son irréductibilité. Ceci signifie faire place à l’inconnu, à Dieu qui se révèle sous les espèces de l’étranger.

carmela

Se faire accueillir, c’est pénétrer dans l’inconnu, dans l’espace sacré où Dieu se révèle. Toute rencontre est toujours la rencontre de deux mystères habités par l’unique mystère divin. C’est pourquoi de toute rencontre authentique jaillissent toujours le Benedictus et le Magnificat.

Pour quiconque ne connaît pas Dieu, ou le connaît peu et mal, pour quiconque désire le connaître toujours davantage, l’accueil fraternel, le partage de la prière, du travail et des moments de détente, la garde du silence et de la beauté des lieux, le respect des règles qui commandent espace et temps constituent autant de possibles chemins d’intériorité et de foi.