Lettre à Dieu : Annoncer ton nom

«J’annoncerai ton Nom à mes frères, en pleine assemblée je te louerai ». (Ps 22,23)

Célébrer

source

Tu m’appelles à célébrer ta présence par l’adoration, la louange et l’action de grâce. Tu m’appelles tout particulièrement à célébrer ta présence dans le sacrement de l’amitié.

Tu m’introduis dans le mystère de ta compassion pour toutes tes créatures, dans l’intercession ardente pour l’unité des Eglises, le dialogue entre toutes les religions et la construction de la paix.

Partager

Tu m’appelles à partager les dons que tu m’as faits. J’ai tout reçu de toi ; comment pourrais-je le garder pour moi ? La première chose que je veux partager avec ceux que je rencontre, c’est la soif de toi, le besoin de toi :

 

fougeresPauvreté.

Que tout dise notre essentielle nudité : la prière continue, la simplicité de vie, le travail (manuel et intellectuel) qui nous gagne le pain quotidien, le silence et les gestes d’affection.

La seconde chose que je veux partager est l’émerveillement que j’éprouve pour les cheminements de ta grâce dans les cœurs des hommes et des femmes :

 

croix_fleursObéissance.

Que tout soit accompli dans la soumission à ta volonté manifestée à l’intime du cœur dans la méditation de ta Parole, dans les événements de l’histoire, dans les besoins des frères et des sœurs, dans les requêtes des pasteurs.

La troisième chose que je veux partage, et celle-ci contient les deux premières, c’est ton amitié :

Chasteté.

Que l’amitié qui m’unit à tant d’hommes et de femmes te révèle toujours comme la source de tout amour, en toute vérité, transparence et humilité de cœur. Que j’aie la passion de l’unité de toute la famille humaine !

Accueillir

Pour partager, il est nécessaire d’accueillir et de me laisser accueillir, tout particulièrement par les plus petits. À tous je veux offrir le pain de ta Parole ; offrir un cœur priant et fraternel qui sache introduire autrui dans ton intimité ; offrir un lieu et une liturgie dont la beauté soitoitt signe de ta paix ; offrir le silence ; offrir de participer au travail quotidien, signe et instrument de notre responsabilité sur la création que tu nous as confiée.

Espérer

fenetreC’est toi, Seigneur, qui me donnes d’espérer la réalisation de ton Règne de justice et de paix. Jour après jour, encore et toujours, par la mémoire de toi, tu me configures à ton eucharistie et fais de moi pain rompu et vin de l’alliance nouvelle et éternelle. Me rappelant toujours que «si le seigneur ne bâtit la maison, en vain peine les maçons » (Ps 127,1), je veux construire une demeure ouverte dont tu sois le cœur.

 

Je veux construire des relations de paix, dans l’attente de la réalisation de ta promesse de «cieux nouveaux et d’une terre nouvelle où la justice habitera ».(2 P 3,13)
Je veux chercher d’abord le Royaume et sa justice, sachant que le reste, par toi, sera donné par surcroît.